Press: Cinesite Touches Down With Visual Effects For Rocketman

Le studio montréalais de Cinesite a produit la majorité des effets visuels pour le drame biographique ROCKETMAN de Paramount Pictures, basé sur la vie du musicien emblématique Elton John.

ROCKETMAN, présenté pour la première fois au Festival de Cannes le 16 mai dernier, a été réalisé par Dexter Fletcher, sous la supervision VFX de Holger Voss de Cinesite.

ROCKETMAN est une fantaisie musicale épique s’inspirant de l’invraisemblable histoire humaine des années déterminantes d’Elton John. Le film raconte la transformation formidable du pianiste prodige timide Reginald Dwight, devenu Elton John, superstar internationale. Cette histoire inspirante reprend les chansons les plus aimées d’Elton John, interprétées par la vedette du film Taron Egerton, et raconte l’histoire touchante de la façon dont un jeune garçon venu d’une petite ville réussit à devenir une des personnalités les plus emblématiques de la culture populaire. ROCKETMAN met aussi en vedette Jamie Bell, interprétant le rôle de Bernie Taupin, parolier et auteur-collaborateur de longue date d’Elton, Richard Madden en tant que John Reid, premier gérant d’Elton, et Bryce Dallas Howard qui interprète la mère d’Elton, Sheila Farebrother.

Les effets visuels soutiennent le récit coloré de l’ascension d’Elton John vers la célébrité et les défis auxquels il a fait face tout au long du parcours. Le travail de Cinesite s’étend de la création de transitions homogènes des prises de vues, aux séquences de rêves nostalgiques, en passant par des stades remplis de foules immenses présentent aux performances d’Elton.

Bien que les travaux aient été réalisés à Montréal, Fletcher était basé à Londres alors le studio londonien de Cinesite a tenu des séances de travail à distance synchronisées pour lui permettre d’évaluer le progrès pendant la post-production.

Selon Holger Voss, superviseur VFX : « L’approche de Dexter en termes d’effets visuels a toujours été axée sur la narration; tant que l’histoire était respectée, il était ouvert aux suggestions. Il décrivait l’allure ou l’effet qu’il voulait voir réalisé et c’était à nous de trouver un moyen pour y arriver. Il nous faisait confiance et nous avions une excellente relation de travail. »

La séquence dans laquelle la chanson éponyme du film est jouée en est une des plus remarquables en termes d’effets visuels; elle comprend plusieurs plans et s’étend sur une variété de scènes et de décors, incluant une séquence débutant au fond d’une piscine qui nous montre un Elton adulte et lui plus jeune, et se termine par la reconstitution d’un des concerts célèbres d’Elton au Dodgers Stadium.

Des enregistrements d’Egerton dans un réservoir d’eau ont été nettoyés et combinés au jeune Reggie, filmé à sec pour ensuite être mouillé sur une scène à écran bleu. Le casque en verre de sa combinaison spatiale a été ajouté avec des reflets réalistes, des bulles et des particules d’eau. Pour la séquence du stade, environ 150 prises de vues distinctes des spectateurs ont été combinées sur des cartes qui ont été superposées en arrière-plan. Les concerts originaux ont été utilisés comme cadre de référence pour ajouter des bannières, des ballons de plage rebondissant au-dessus de la foule, des briquets et des baguettes à étincelles. Les effets de lancement de fusée ont été créés en utilisant une simulation de fluides Houdini.

La séquence du « Pinball Wizard » est une autre réalisation visuelle spectaculaire. Elton joue du piano sur un jeu de flipper tournant, la caméra tourne avec lui, représentant l’état délirant de sa vie. Holger a suggéré une approche où l’environnement passe d’un concert à l’autre, où l’on voit le dessus du piano qui pivote et marque les points de transition de la caméra. La dernière prise de vue montre le chaos tourbillonnant de la vie d’Elton, au rythme de son grand classique.

Au total, Cinesite a réalisé 233 prises de vues pour ROCKETMAN, dont plusieurs comprenaient la dé-modernisation et le nettoyage de plusieurs prises de vues tirées des années 50, 60 et 70.

 

Categories:
Tags: